Un CFGA Jeunes intégré à une logique plus globale

Cet article a été établi à partir de l'intervention de Sylvain Scamps, coordinateur à la MDA de Tourcoing, lors des rencontres natinales du RNMA à Amiens en décembre 2017.

Nous mettons en place le CFGA depuis ses origines. Je vais d'abord apporter des propos concernant le profil des bénévoles avant d’attaquer sur le CFGA Jeune. Quand on accompagne les projets, c’est intéressant de voir les problématiques sur les bénévoles et de penser à la relève. Je les incite fortement à intéresser leurs membres au CFGA pour qu’ils prennent un peu de recul en regardant à côté. S’ils ne sont pas bénévoles élus, ils n’ont souvent pas le regard sur les responsabilités. Le CFGA leur donne des éléments sur leur position de bénévoles, permet de mieux comprendre l’engagement et leur facilite l’implication ensuite dans les conseils d’administrations.
Nous faisons depuis 2 ans un CFGA Jeune ( découvrir une présentation ici), puisque nous portons une MDA Jeunes. On s’est rendu compte en rencontrant une structure proche de chez nous, à Villeneuve-d’Ascq à 10 km, qu’ils accompagnent aussi beaucoup de jeunes. On a décidé de mettre en place ensemble un outil qui pourrait correspondre à une prise de responsabilité avec une meilleure compréhension de la vie associative. On constate que ces jeunes qui veulent mettre en place leur projet ou tout fraîchement investis dans une association ont des manques cruels même s’ils ont la pratique et savent mettre en place des choses.
Nous avons créé ce CFGA commun, d’abord à deux structures puis nous y avons associé récemment la MDA de Roubaix. Nous sommes désormais 3 structures au niveau de la métropole Lilloise. Le concept de ce CFGA est d’avoir des jeunes qu’on connait, éventuellement ouvert également à des services civiques. Une semaine de formation se tient sur différents lieux de la métropole ; ça leur permet de casser le rythme qui est bien souvent récurrent, tous les jours dans les mêmes murs, ça peut lasser… Nous visitons des structures-ressources dans des domaines de compétences différents et on en profite pour une présentation de ce qu’est cette ressource, à quoi elle pourrait leur servir. Justement pour ces jeunes pilotes de projet, ils pourront d’autant mieux demain venir les solliciter et en faire des partenaires potentiels. Nous sommes sur 5 jours soit au moins 5 lieux découverts, avec 30h de formation, voire un peu plus. 30 heures est la durée minimum du CFGA, parfois nous dépassons un peu pour aller plus loin sur une partie. C’est assez magique car très vite des liens se forment entre ces jeunes et on les retrouve quelques mois plus tard en train de monter des projets ensemble, en interassociatif. Au niveau des intervenants, ce sont des ressources propres ; personnellement  une de mes collègues et mois suivons le groupe pendant une semaine. On se répartit les jours et on fait venir des experts, des comptables, des personnes de notre réseau avec qui nous sommes habitués à faire des formations et qui viennent la plupart du temps bénévolement animer un module.


Question de la salle: « Les 5 jours de CFGA, vous les répartissez comment dans le temps ? »
Sylvain SCAMPS - MDA de Tourcoing : « On a fait 4 sessions à ce jour ; ce sont 5 jours consécutifs chez nous, on ne casse pas le rythme. Comme un BAFA, c’est une semaine d’engagement important pour eux. On reçoit 12 à 15 jeunes qui ont jusqu’à 30 ans, ce qui est bien niveau encadrement et niveau interactions entre eux. Nous ne souhaitons pas aller au-delà . Une semaine continue donne une bonne dynamique. Ils viennent de façon volontaire sur des vacances, pour ceux qui sont à l’université. C’est assez dense, on commence avec la loi 1901, puis les contenus plus techniques. Tous les jours on mange ensemble, le soir ils repartent chez eux, il n’y a pas d’hébergement collectif. Certains jeunes qui deviennent employeurs dans leurs associations reconnaissent que grâce à cette formation ils ont eu le recul nécessaire et se sentent de gérer cette responsabilité. »

Question de la salle:  « Comment communiquez-vous pour remplir les CFGA ? »
Sylvain SCAMPS - MDA de Tourcoing : « La communication est très simple, on n’en fait pas ! En réalité on a déjà une communication sur nos autres formations et on y précise la mise en place de ce CFGA jeune ; ceux qui sont intéressés viennent vers nous et on précise ce que c’est. Aussi, dans les rendez-vous d’accompagnement de projets, on en parle, on connaît ces jeunes par leur projet, on sait très bien ce qu’ils véhiculent comme dynamique et comme valeurs… ça se fait facilement. On s’est rendu compte que des jeunes ne trouvaient pas facilement leur place dans les associations classiques de la MDA. On s’est demandé comment faire passerelle entre ces associations jeunes et les autres, et créer un espace de paroles pour être en liens. On les retrouve plus facilement plus tard dans les activités de la MDA, ils rencontrent les administrateurs plus âgés et deviennent parfois administrateurs de la MDA.

Question de la salle:  « Quel est le lieu de stage pratique de ces jeunes généralement ? »
Sylvain SCAMPS - MDA de Tourcoing : « Quand ils veulent créer leur projet, ils sont reliés à une des 3 structures qui co-portent le CFGA. Ils font leur stage pratique, ils sont portés par nos associations, on les suit car on sait ce qu’ils font, ils nous le communiquent et on peut apprécier le temps qu’ils passent. On est sur 120 heures, soit 20 jours. C’est parfois plus, parfois moins. Si le montage d’un projet se passe bien et abouti, et qu’ils ont fait moins que les 20 jours pour cela, ce n’est pas important. Pour ceux qui ont déjà une association, c’est le président de leur association qui est le tuteur de stage. Parfois, s’ils n’ont personne, ils me sollicitent. »


Catégories
Accompagnement

Typologies
Cas pratiques & témoignages

Maisons
Maison des associations de Tourcoing

Date de publication
07/12/2017

Tags

Ce site utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur.